5ème édition du Jibon : Une libation collective annuelle internationalisée !

6 Juin 2023 | Culture et cinéma

Les associations culturelles Maâya Blôn et Bwa Sacré ont co-organisé la 5ème édition de la libation collective annuelle, connue sous le nom de Jibon, aux berges du fleuve Joliba à Soutadounou à Missabougou, le dimanche 4 juin. Cet événement a été l’occasion pour Maâya Blôn et Bwa Sacré de réaffirmer leur engagement et leur fidélité à réhabiliter le culte des ancêtres méritants en respectant cette traditionnelle libation collective annuelle devenue internationale.

Pour la première fois, le gouvernement était représenté lors du Jibon, à travers les ministères des affaires religieuses, du culte et des coutumes, ainsi que celui de la culture. Le Blontigui Sira Missa Doumbia a expliqué que le Jibon est un rituel de quête de soi et de renaissance. Il s’agit d’une célébration qui permet de se connecter avec nos ancêtres et nos génies tutélaires. Cet événement a pour objectif de rendre hommage, d’invoquer et de partager une part de notre tradition spirituelle avec les Africains du continent et de la diaspora, du passé à aujourd’hui.

Pour cette 5ème édition, deux bœufs, de nombreux poulets, du N’dolo et d’autres éléments indispensables pour la libation ont été utilisés lors du rituel sacrificiel. Les participants ont demandé la clémence des ancêtres méritants et des génies tutélaires pour tout acte posé consciemment ou inconsciemment. Ils ont également rendu hommage aux ancêtres et aux génies tutélaires, demandant une bonne pluviométrie, la paix et la cohésion sociale, tout en maudissant toute personne animée de mauvaise volonté contre le Mali et les Maliens.

Après la cérémonie sacrificielle, le Blontigui a pris la parole pour accueillir chaleureusement les représentants du gouvernement, les associations sœurs, les chefferies traditionnelles et les délégations venues de différentes régions. Le Blontigui Kôrèdjo Missa Doumbia a mis l’accent sur la signification de la libation (Jibon) afin que la jeunesse, fortement mobilisée, comprenne l’importance de ce rituel, qui peut être accompli individuellement chez soi. Il a également salué la présence des représentants du gouvernement qui ont participé pour la première fois au Jibon malgré les nombreuses sollicitations. Le Blontigui a également exprimé sa gratitude envers l’association Bwa Sacré qui a soutenu Maâya Blôn pour l’organisation de l’événement Maâya Sira en décembre 2022.

Le représentant du ministère des affaires religieuses, du culte et des coutumes, Dr. Yaya Traoré, a exprimé sa fierté de participer à cet événement annuel d’importance, qui est désormais internationalisé. Le Jibon se déroule à Bamako, aux berges du fleuve Joliba, mais également dans une vingtaine de pays d’Afrique, dans les Caraïbes, avec la diaspora en Europe, au Canada, aux États-Unis et en Asie. Le nom Jibon est maintenu en hommage à Maâya Blôn, l’initiateur de cette tradition. Le représentant du ministère, Dr. Yaya Traoré, a également contribué avec des idées pour les prochaines éditions de l’événement.

TYFA SISSOKO

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *