Audit du Secteur minier : FER-MALI et APVRM félicitent le gouvernement

11 Mai 2023 | économie

Fidèles à leurs engagements de faire briller l’or du Mali pour l’ensemble des maliens, le président du Front pour l’Emergence et le Renouveau du Mali (FER-Mali) Sory Ibrahima Traoré et Djibril Diallo de l’APVRM ont Co-animé hier mercredi, un point de presse à leur siège sis à Niamakoro Cité Unicef.  Pour ces représentants des forces vives de la nation engagées dans le combat pour l’amélioration de la gouvernance des ressources minières du Mali, les autorités de la transition ont tout leur soutien à travers l’audit du secteur minier dont ils ont longtemps revendiqué pour assainir la gestion des contrats miniers.
Le président Sory Ibrahima Traoré d’entrer de jeu à saluer le patriotisme et l’engagement des membres de FER-Mali et l’APVRM qui depuis plus d’une année ont réclamé une meilleure gouvernance des exploitations minières au Mali pour que l’or du Mali puisse briller pour l’ensemble des maliens. « Depuis plus d’une année nous avons soutenu que l’exploitation de l’or du Mali échappe au contrôle du gouvernement malien pour plusieurs raisons », a-t-il rappelé. En effet et suite à de multiples sollicitations des forces vives de la nation et conformément aux recommandations des assises nationales de la refondation, le gouvernement du Mali a commandité un audit du secteur minier malien qui a été accueilli avec espoir par l’ensemble des acteurs du secteur minier malien. « Nous adressons nos sincères félicitations aux autorités de la transition pour ce courage politique qui permettra à coup sûr d’assainir un secteur aussi stratégique et vital pour la souveraineté économique et politique de notre pays », a-t-il exprimé toute sa satisfaction le président Sory I Traoré.

A en croire le président de l’Apvrm Djibril Diallo, « malgré que notre pays est l’un des plus grands producteurs d’or au monde, troisième producteur africain pendant des décennies. Notre pays ne dispose d’aucune réserve d’or. Notre pays reste l’un des plus pauvres du monde. La gouvernance de l’exploitation des ressources minières dans notre pays est caractérisée par une opacité criminelle. Les retombées économiques des dépenses d’exploitation des ressources minières du Mali échappent aux opérateurs économiques maliens donc à l’économie nationale du Mali. L’or du Mali est exporté de manière brut et raffiné dans des conditions opaques à l’extérieur du Mali ».

Pire encore, poursuit-il, « douze sur les quinze mines d’or industrielles du Mali affirment fonctionner à perte donc ne versent aucun dividende à l’Etat du Mali ; et certaine mine ont pu faire 15 ans d’exploitation sans payer de dividendes à l’État, à cause des clauses particulière de leur contrat et certains responsables continuent à dire que les contrats ne sont pas négociables au Mali ».

Selon le rapport provisoire d’audit des mines du Mali, près de 2600 milliards de francs CFA n’ont pas été rapatriés en produits d’exportation de l’or de 2019 à 2021. Cette manne financière échappe à l’économie malienne, au système bancaire et elle est contraire à la loi en matière d’exportation … En 2021, sur un chiffre d’affaires de près de 1900 milliards de francs CFA, seulement 60 milliards de dividendes ont été versés à l’Etat du Mali qui a aussi accordé une exonération de 36 milliards de francs CFA.

Certaines sociétés minières en exploitation depuis plus de dix ans n’ont jamais versé de dividende à l’Etat du Mali ; seulement trois sociétés minières ont versé des dividendes à l’Etat du Mali en 2021 ; sur les dix dernières années seulement cinq sociétés minières ont versé des dividendes à l’Etat du Mali. Une grande société minière sur place n’a pas versé de dividendes pendant quinze années d’exploitation consécutive. Pour un chiffre d’affaires de 1904 milliards de francs CFA en 2021 seulement 3 milliards ont été investis dans le développement communautaire. Certaines sociétés minières n’ont même pas mis en place un budget pour le développement communautaire. Soit 0.15% du chiffre d’affaires. Alors que le Burkina est à 1% et la Guinée 0.5%. En plus ce montant est dépensé par les sociétés elles-mêmes au Mali. Le fonds minier de développement local n’est pas fonctionnel au mépris des dispositions légales en République du Mali…

Fort du rapport de l’audit des mines du Mali et en attendant les réponses diligentes des sociétés auditées FER-Mali et Apvrm témoignent que toutes ses revendications ont été prise en compte par ledit rapport. « Nous demandons au Gouvernement du Mali de diligenter la finalisation du rapport d’audit dans un cadre participatif garantissant les droits de toutes les parties prenantes afin que l’or du Mali brille enfin pour les maliens », a-t-il conclu Djibril Diallo.

Djawuro Tiénou

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *