Avenir politique de l’AES : Une Nouvelle Dynamique de Coopération Stratégique pour la troïka !

29 Nov 2023 | Politique

En prélude de la réunion ministérielle des finances du samedi, les experts étaient en réflexion pendant deux jours pour donner un contenu aux projets de souveraineté aux chefs d’Etats. Cette initiative ambitieuse s’inscrit dans la volonté des Chefs d’État, à savoir le Capitaine Ibrahim TRAORE du Burkina Faso, le Colonel Assimi GOITA du Mali, et le Général de Brigade Abdourahamane TIANI du Niger, de renforcer la coopération régionale pour surmonter les défis économiques et sécuritaires qui persistent dans la région.

Cette première rencontre des ministres des finances de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) était présidée par le premier Dr. Choguel Kokalla Maiga. La déclaration finale a été livrée par le secrétaire général du ministre des finances du Niger, Alio Daouda. La signature de la Charte instituant l’Alliance des États du Sahel (AES), le 16 septembre 2023 à Bamako, marque un jalon significatif dans la quête commune du Burkina Faso, de la République du Mali, et de la République du Niger pour assurer la sécurité, promouvoir l’indépendance économique, et préserver l’intégrité de l’espace du Liptako-Gourma témoignant ainsi d’un engagement ferme en dépit des Défis.

Malgré les contextes économiques et sécuritaires difficiles qui prévalent dans les trois pays, la réunion ministérielle des pays membres de l’Alliance des États du Sahel sur le développement économique dans l’espace du Liptako-Gourma a eu lieu, témoignant de la résilience des peuples frères du Burkina Faso, du Mali, et du Niger. Les ministres, réaffirmant leur condamnation des attaques terroristes dans la région, ont exprimé leur solidarité et leur détermination à travailler ensemble sous le leadership éclairé des trois Chefs d’État.

Les Échanges Commerciaux et la Circulation des Personnes et leurs biens sont entre autres objectifs prioritaires de l’AES. Les ministres ont constaté que les échanges commerciaux entre les pays membres restent faibles malgré des économies ouvertes. Ils ont souligné la nécessité de mettre en commun les efforts pour créer un espace économique sécurisé, encourageant la connectivité à travers des réseaux routiers, aériens, ferroviaires, et fluviaux.

La sécurité alimentaire reste un défi malgré des potentialités agricoles importantes. Des contraintes liées à la faiblesse des facteurs de production et aux chocs climatique et sécuritaire affectent la production agricole. Les ministres ont appelé à renforcer les mécanismes communs de riposte face aux crises alimentaires, notamment par le développement d’aménagements hydro-agricoles.

La prédominance de la biomasse et de la thermique dans la consommation énergétique a été soulignée. Les ministres ont plaidé pour la mutualisation des moyens financiers afin d’investir massivement dans le secteur énergétique, exploitant le potentiel en énergies renouvelables et les réserves minières et pétrolières. Les ministres ont noté la concentration des petites unités industrielles dans les capitales et ont appelé à l’élaboration d’une stratégie commune d’industrialisation pour développer le tissu industriel de l’Alliance.

S’agissant du financement, l’intégration économique, et les réformes, Les défis liés à la gestion des finances publiques et au financement des déficits budgétaires ont été abordés. Les ministres ont appelé à promouvoir un partenariat public-privé, à créer un fonds de stabilisation, et à établir une banque d’investissement pour stimuler le financement des projets.

En recommandations et perspectives,les ministres ont formulé des recommandations ambitieuses pour aller vers une véritable union économique et monétaire de l’AES. Celles-ci incluent l’accélération de la mise en place de l’architecture juridico-institutionnelle, l’amélioration de la libre circulation des personnes, le renforcement de la sécurité des corridors d’approvisionnement, la mise en œuvre de projets énergétiques, agricoles, hydrauliques, et de transport, la création d’une compagnie aérienne commune, et le développement d’aménagements hydro-agricoles.

En conclusion, la première réunion ministérielle de l’Alliance des États du Sahel ouvre la voie à une coopération renforcée et à la concrétisation d’une vision commune pour le développement et la stabilité de la région du Liptako-Gourma. Les ministres ont exprimé leur gratitude envers le Mali pour l’organisation réussie de la rencontre et ont souligné l’importance de ces efforts conjoints pour le bien-être des peuples de l’Alliance.

Djawuro

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *