CELLRAD : Un Pilier dans la lutte contre l’extrémisme au Mali

5 Mar 2024 | Société

La création de l’antenne nationale de la Cellule Nationale de Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent (CELLRAD) par la décision N°000051/MARCC-SG du 29 novembre 2022 marque une étape cruciale dans la lutte contre l’extrémisme au Mali. Composée des représentants des organisations religieuses et de la société civile, notamment des jeunes et des femmes, la CELLRAD s’étend désormais dans près de dix régions du pays.

Selon le chef d’antenne Dame Seck, depuis son établissement, la CELLRAD a su s’adapter aux réalités changeantes et aux décisions stratégiques du gouvernement, notamment le retrait du Mali du G5 Sahel. Cette adaptabilité lui a permis de capitaliser sur les expertises et les expériences, mettant ainsi en œuvre des initiatives de prévention de la radicalisation et de lutte contre l’extrémisme violent à travers le pays.

Parmi ses actions notables, la CELLRAD a organisé des activités de formation dans plusieurs régions du Mali, telles que Kayes, Ségou, Mopti, Bougouni, Sikasso et Koutiala. De plus, des études approfondies ont été menées à Kayes et à Mopti pour comprendre les causes de la radicalisation des jeunes dans ces zones. Cependant, l’engagement de la CELLRAD ne se limite pas à la prévention, a-t-il rappelé.

En collaboration avec Think Peace, elle œuvre également à la réinsertion des jeunes victimes des groupes radicaux, à travers des projets tels que « Jeunes Repentis Armés à Jeunes Acteurs de Changement Positifs » (JRA-JAC). Réaffirmant son engagement en faveur du dialogue interreligieux, la CELLRAD a récemment lancé une série de rencontres à travers le pays, débutant par un Dialogue National à Kayes en février 2024, suivi par une session prévue à Sikasso en mars de la même année.

En conclusion, la CELLRAD témoigne de l’importance de l’action communautaire et de la collaboration interétatique dans la lutte contre l’extrémisme. Le soutien du Ministre des Affaires Religieuses, du Culte et des Coutumes, Dr. Mahamadou KONE, ainsi que l’engagement des membres de la CELLRAD et de leurs organisations respectives, sont essentiels pour atteindre les objectifs ambitieux de prévention et de réinsertion, garantissant ainsi la convivialité religieuse et sociale dans la région.

Source: Le Reporter

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *