Don de sang au CNTS : l’Ajdesco honore son engagement et sa solidarité !

27 Mai 2024 | Société

Pour la troisième année consécutive, l’Association des Jeunes pour le Développement Économique et Socioculturel de Ouan (Ajdesco) a tenu sa promesse d’engagement et de solidarité à travers un don de sang au Centre National de Transfusion Sanguine de Quinzambougou. C’était le dimanche 19 mai 2024.

Cette 3ème édition du don de sang a mobilisé toutes les associations sœurs de la communauté Bô du Mali, qui ont massivement répondu à l’appel de l’Ajdesco pour honorer cet engagement de solidarité. L’édition 2024 était parrainée par le gynécologue-obstétricien, le Pr. Niani Mounkoro du CHU Gabriel Touré. Le coordinateur des chefs de quartiers de Quinzambougou, Mamadou Bouya Simpara, est venu personnellement témoigner sa solidarité en remerciant la jeunesse Bô et surtout l’Ajdesco, l’initiatrice de cette action. Mamadou Bouya Simpara s’est dit rassuré par la prise de conscience de la jeunesse, qui lui apporte un réconfort moral et physique pour un avenir radieux. Il a rappelé que le don de sang est une opération spéciale et spécifique qu’il faut constamment répéter. Il ne doit pas être périodique ou épisodique. Il faut une certaine régularité, car le sang est vital. « Votre action contribue à sauver des vies », a-t-il conseillé à l’Ajdesco, avant de formuler des vœux pour un Mali apaisé et réconcilié.

Le parrain et conseiller de l’Ajdesco, le Pr. Niani Mounkoro, n’a pas manqué de manifester sa satisfaction pour avoir contribué à la cause nationale (Faso ko). En tant que gynécologue-obstétricien, il témoigne que l’hémorragie est la première cause de mortalité maternelle. « En apportant du sang, vous contribuez à réduire la mortalité maternelle. Pendant le mois de Ramadan, il y a un déficit de sang, et les jeunes de l’association venaient donner leur sang. Voir la jeunesse Bô à l’initiative de l’Ajdesco suscite en moi un sentiment de satisfaction », a témoigné le Pr. Mounkoro.

Pour le secrétaire général de l’Ajdesco, Massa Mounkoro, le don de sang est avant tout un acte patriotique, en dépit de la situation sécuritaire précaire. « La jeunesse que nous sommes est la mieux placée pour fournir ce précieux sésame qu’on ne peut produire autrement qu’en acceptant de le donner. Si nos frères acceptent de se sacrifier pour nous protéger sur le théâtre des opérations militaires, le moins que nous puissions faire est de soulager les blessés qui ont besoin de sang. Nous ne devons plus compter sur les personnes âgées de soixante ans », a martelé Massa Mounkoro.

Le président de la faîtière des associations des jeunes Bwa du Mali (Ajbm), Souleymane Kamaté, ainsi que de nombreux présidents d’associations sœurs de l’Ajdesco, sont venus témoigner de leur solidarité à l’initiative du don de sang. Mme Koné Delphine Koné, entrepreneure et formatrice des femmes pour les activités génératrices de revenus, a rappelé à cette occasion que les femmes sont les premières bénéficiaires du don de sang, car il sauve leurs vies et celles des nouveau-nés, garantissant ainsi la continuité de la vie. Elle a invité les participants à faire du don de sang un devoir de citoyenneté.

Le président de la délégation spéciale de la commune I est venu encourager l’Ajdesco, dont l’objectif est d’atteindre 50 poches de sang pour cette 3ème édition.

Djawuro TIENOU

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *