Droit de l’homme au Mali : l’AMDH se désolidarise du rapport onusien sur Moura

13 Mai 2023 | Justice

La commission des droits de l’homme de la Minusma vient rendre public un rapport accablant les forces armées maliennes sur son intervention à Moura du 27 au 30 mars 2022. Au cours de cette opération en toute autonomie menée par les forces spéciales, l’armée a affirmé avoir neutralisé plus de 200 terroristes. Depuis lors, tous les moyens sont bons pour accuser les Famas d’exactions sur les populations civiles.

C’est pourquoi, ce témoignage Me Moctar Mariko Président de l’association malienne des droits de l’homme (AMDH), a tout son sens pour comprendre les motivations de ce rapport de la commission des droits de l’homme des nations-unies à travers la Minusma.  « En 2012, le premier responsable qu’on nous a envoyé ici, Florent Gel, avait fait la même chose. Il avait pris des images de corps d’enfants massacrés dont certains sont mal enterrés avec Human Right Watch qui est une autre ONG américaine de défense des droits de l’homme, pour ensuite dire que l’armée malienne était en train de commettre des exactions contre les populations civiles, au cours d’une formation au siège de l’AMDH », nous rappelle Me Mariko.  

Poursuivant son réquisitoire, le président de l’AMDH témoigne, « Quand j’ai vu les images, j’ai dit à Florent, comment tu peux venir chez nous prendre des images que tu ne partages pas avec nous mais tu te permets de les faire signer comme étant des images de l’AMDH ? Mon refus d’accepter ce montage m’a fallu d’être convoqué à Paris au siège de FIDH pour en débattre. Finalement, ils nous ont donné raison. Il n’est pas concevable de venir chez nous prendre des choses sans nous les avoir montrés au préalable, tu les balances aux yeux du monde en signant avec notre identité. Depuis lors, nous avons imposé le respect. Mais c’est à l’arrivée de cette nouvelle équipe, qui sans enquête s’est permis de publier de rapport fallacieux comme quoi, il y a eu un massacre à Moura par Wagner. J’ai dit non ! je me désolidarise ! L’Amdh a réuni les 21 membres de son bureau qui à l’unanimité a dit qu’elle ne va pas s’associer à un tel rapport sans aucun fondement ».

Malgré que l’AMDH s’est désolidarisée, ces gens ont produit un rapport sur Moura et sur Bounty relatif au bombardement de Barkhane. Imaginez que dans le rapport, le rôle de Barkhane dans le bombardement d’une cérémonie de mariage n’a pas fait plus d’une page, sous prétexte que Barkhane a démenti les accusations le concernant. Elle persiste à dire que c’étaient des jihadistes déguisés. Cette thèse est gobée parce qu’ils n’étaient pas sur place. En même temps, ils s’acharnent sur les Famas alors qu’aucun enquêteur de la commission ne s’est rendu à Moura.  Visiblement la version de l’armée malienne ne leur suffit pas.

La plupart des témoins ont été contactés par téléphone dont beaucoup peuvent être les parents des jihadistes. De telles informations doivent être filtrées pour ne pas tomber dans le piège de la désinformation. Il est également bien de savoir que des extraits de rapports d’autres ONG ont été exploités comme Crisis Group International et bien d’autres. Ces gens n’ont jamais partagé de rapport avec nous. Soyons honnête, il n’y a pas eu d’enquêtes sur Moura et c’est pourquoi l’Amdh ne pouvait pas s’associer à un tel rapport, insiste Me Mariko.

« Il y a même eu des échanges musclés entre certains blancs et moi. Je n’ai qu’un seul pays. A chaque fois, je produisais un rapport sur les ajustements de l’armée malienne, les faits reprochés étaient d’une précision, on ne peut plus claire. Ces rapports étaient également envoyés au ministère de la défense en attendant qu’il nous fournisse leur version des faits. C’est quand la hiérarchie n’arrive pas à nous fournir un rapport digne de ce nom qu’on rend public notre rapport. Ces données sont la résultante d’une enquête de nos équipes d’enquête sur le terrain. Mais sur Moura ni l’Amdh encore moins ceux qui ont produit le rapport n’ont envoyé d’enquêteurs sur le terrain », affirme le président de l’AMDH

Tyfa Sissoko

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

Dramane Diarra ancien procureur

Dramane Diarra ancien procureur

J'ai déposé mon recours pour excès de pouvoir le jeudi 16 novembre 2023 contre les décisions du "Conseil de discipline" du Conseil Supérieur de la Magistrature. (Reçu ci-dessous). Une refondation profonde s'impose à la justice malienne. Cette transformation...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *