Energie renouvelable : La Banque mondiale renforce l’accès à l’électricité de qualité au Mali

25 Juin 2023 | Internationale

La Banque mondiale a approuvé un financement de l’Association Internationale de Développement (IDA) d’un montant de 157 millions de dollars pour soutenir le Mali et améliorer la fiabilité et l’efficacité du système électrique, accroître l’accès à l’électricité dans les zones sélectionnées du projet, et faciliter l’intégration des énergies renouvelables.

Le Projet de Renforcement du Système Electrique et d’Extension de l’Accès à l’Electricité ou encore « Yelen Sira », le chemin de la lumière en Bambara, financera les infrastructures-clés du réseau et les nouveaux raccordements à travers la modernisation et l’extension des réseaux de transport et de distribution dans certaines zones, y compris Bamako et sa périphérie. Ces investissements augmenteront la capacité d’évacuation de l’électricité du réseau de transport à Bamako d’au moins 100 MW, permettant à la société d’électricité EDM-SA de réaliser des économies d’échelle grâce à une gestion optimisée du parc de production et du réseau, tout en réduisant sa dépendance à l’égard des petites centrales de location polluantes et coûteuses. Une baisse des pertes sur le réseau de transport principal de Bamako est projetée à un niveau de 8,5 % en 2024 (avant les renforcements de réseau proposés) à 4,5 % d’ici 2028 une fois ces renforcements terminés. L’installation de mini-réseaux verts et l’électrification des zones rurales dans des localités sélectionnées sont également prévues. L’expansion des réseaux de distribution et des raccordements des villes secondaires, permettra de fournir de l’électricité à environ 400 000 personnes (environ 60 000 foyers) et à plus de 1 000 bâtiments publics (dont des centres de santé, des écoles, des bâtiments administratifs, l’éclairage public).

Les investissements de Yelen Sira auront un impact immédiat sur la qualité et le coût du service de l’électricité au Mali », dit Clara de Sousa, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali. « En misant sur les développements technologiques dans l’électrification décentralisée et les modèles commerciaux, le projet crée des opportunités économiques et améliore l’accès aux services sociaux tels que la santé, l’éducation, le stockage frigorifique ou le pompage solaire de l’eau dans les zones reculées. », ajoute-t-elle.  

Le projet est co-financé par le Fonds Vert Climat pour un montant de 43 millions de dollars dont 38 millions de crédit et 5 millions de dons, mobilisés sous l’Initiative d’atténuation des risques pour les projets d’énergies renouvelables durables de la Banque mondiale (SRMI). Le Programme d’assistance à la gestion du secteur de l’énergie (ESMAP) apporte également un financement de 1 million de dollars sous forme de don, ce qui porte le financement global du projet à 201 millions de dollars.  

Le Groupe de la Banque mondiale joue un rôle important dans le développement et la mise en œuvre du programme d’accès à l’énergie du Mali. Il travaille en étroite collaboration avec la communauté des bailleurs de fonds et partenaires techniques du Mali, pour s’assurer que les engagements respectifs se complètent et se renforcent mutuellement. La mise en œuvre du Projet de renforcement du système électrique et d’extension de l’accès à l’électricité se fera dans le cadre de cette approche coordonnée.

L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis. L’IDA est l’une des principales sources d’aide pour les 76 pays les plus pauvres du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,6 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités de développement dans 113 pays. Le volume annuel de ses engagements s’est élevé en moyenne à 21 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 61 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

Communiqué de presse

2023/084/AFW

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *