Esclavage dans le Kaarta : Rmfp-Gambana déçu du silence d’Assimi à Kayes !

1 Août 2023 | Justice

Le Rassemblement malien pour la Fraternité et le Progrès (Rmfp-Gambana) a tenu une conférence de presse le samedi 29 juillet à Niamakoro Cite-Unicef pour réaffirmer leur demande de justice auprès des autorités de la transition. L’association se mobilise pour lutter contre l’esclavage persistant dans la région du Kaarta au Mali et pour exiger que les cas d’assassinats ciblant leurs membres, dont les auteurs restent pour la plupart en liberté, soient résolus.

La conférence de presse a également été l’occasion pour le Rmfp-Gambana de célébrer la mémoire de Diougou Sidibé, une vieille dame de plus de 70 ans, cruellement assassinée le 29 juillet 2022 dans son champ à Lany, cercle de Kayes. Leur hommage s’est également étendu aux quatre autres personnes sauvagement assassinées le 1er septembre 2020 à Djandjoumé, commune de Gogui, cercle de Nioro du Sahel, ainsi qu’à toutes les victimes de l’esclavage et des pratiques assimilées.

Le combat contre l’esclavage est une cause majeure pour le Rmfp-Gambana, qui s’engage fermement à mettre fin à cette pratique séculaire qui persiste dans certaines régions du Mali, en particulier dans le Kaarta. Ils dénoncent les conditions inhumaines dans lesquelles des individus sont maintenus et privés de leurs droits les plus fondamentaux.

Lors de la conférence de presse, le Rmfp-Gambana a exprimé sa préoccupation concernant les cas d’assassinats et d’agressions ciblant leurs membres dans le Kaarta. Ils ont rappelé l’agression physique qui a eu lieu dans la commune de Sofeto, entraînant le déplacement de 2000 personnes à Mambri, commune de Souransan, cercle de Kita, en janvier 2019. Malheureusement, malgré les plaintes déposées contre une vingtaine d’agresseurs, aucune action concrète n’a été entreprise pour rendre justice aux victimes. Le Rmfp-Gambana dénonce également le relâchement extra-judiciaire de la plupart des présumés auteurs de l’assassinat de Diougou Sidibé à Lany. Ils appellent à ce que ces actes de violence et de meurtre soient condamnés avec fermeté et que les responsables soient traduits en justice.

Au cours de la conférence de presse, l’ancien député de Kita, Mamadou Tounkara, est mentionné comme étant à l’origine de tensions dans le Kaarta, ayant entraîné le déplacement de milliers de Maliens de leur village natal, sous le prétexte fallacieux de la tradition. Les attentes du Rassemblement malien pour la Fraternité et le Progrès sont claires : ils demandent que l’ensemble des dossiers et plaintes contre les responsables des agressions, des meurtres et de la destruction des biens des victimes de l’esclavage soient poursuivis. Ils appellent également à l’adoption de lois spécifiques pour réprimer l’esclavage sous toutes ses formes sur l’ensemble du territoire malien, sous la 4ème république promulguée le 22 juillet dernier par le président de la transition. Cependant, le Rmfp-Gambana se dit déçu du silence du président de la transition, le colonel Assimi Goïta lors de sa visité à Kayes sur la question de l’esclavage par ascendance.

Djawuro

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

Dramane Diarra ancien procureur

Dramane Diarra ancien procureur

J'ai déposé mon recours pour excès de pouvoir le jeudi 16 novembre 2023 contre les décisions du "Conseil de discipline" du Conseil Supérieur de la Magistrature. (Reçu ci-dessous). Une refondation profonde s'impose à la justice malienne. Cette transformation...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *