Jeux trouble de la Côte d’Ivoire dans la sous-région : l’objectivité et la transparence intellectuelles nous recommandent de dire la vérité….

14 Août 2023 | Régionale

C’est très réducteur de faire de telles assertions infondées. Au contraire, c’est la Côte d’Ivoire, notre pays, qui, malheureusement, n’a cessé de déstabiliser les autres pays de la sous-région !

Au temps de Félix Houphouët-Boigny, le régime de Sékou Touré a été mis à mal, grâce à Houphouët-Boigny, avec l’appui de la France. Ainsi, face au succès du Franc guinéen, la France a injecté des millions de faux billets en Guinée, avec le concours de Félix Houphouët-Boigny. L’objectif était de « tuer » l’économie guinéenne. Cela a eu pour conséquence de provoquer des remous sociaux dans ce pays. Car pour Félix Houphouët-Boigny et la France, Sékou Touré ne devait pas réussir, sinon la sous-région aurait été contaminée, et aurait rejeté la France…

Au Ghana, Félix Houphouët-Boigny, la France et les USA (la CIA) ont tout fait pour faire tomber Kwame N’krumah. Car le succès d’un régime socialiste, proche de la Chine et de l’URSS, n’était pas une bonne chose. Au Mali, Modibo Keita, un socialiste, avait réussi son pari de quitter le FCFA, en créant le Franc Malien. Le relatif succès de cette monnaie a amené la France, par le truchement de Félix Houphouët-Boigny, d’employer les grands moyens pour empêcher Modibo Keita de gérer son pays, le Mali.

Ainsi, Félix Houphouët-Boigny et la France vont instrumentaliser le Lieutenant Moussa Traoré pour fomenter un coup d’État contre le Président Modibo Keita, et prendre le pouvoir. Modibo Keita et ses compagnons vont être emprisonnés à Taoudenit, dans le Nord du Mali, dans des prisons de mines de sel. Ces gens vont mourir à petit feu, rongés par le sel. Quand le coup d’État contre Moussa Traoré, qui s’est autoproclamé Général entre-temps, intervint en 1990-1991, c’est chez Félix Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro, que la famille du dictateur malien, Moussa Traoré, a trouvé refuge pendant plusieurs années.

Au Burkina Faso, c’est un secret de polichinelle pour l’opinion internationale. C’est sous l’instigation de la France que Félix Houphouët-Boigny a instrumentalisé le capitaine Blaise Compaoré, en lui donnant une femme franco-ivoirienne et de l’argent, que ce dernier va tuer le Capitaine Thomas Sankara (après le discours de haute volée du Président de la Révolution Burkinabè face à François Mitterrand) !

Personne n’est jaloux de la Côte d’Ivoire.

Au contraire, l’objectivité et la transparence intellectuelles nous recommandent de dire la vérité, rien que la stricte vérité ! La poursuite de la politique de la Françafrique par Dramane Ouattara, et ce au détriment des peuples des pays de l’Afrique de l’ouest, est aujourd’hui à la base du fort ressentiment des populations de ces pays contre la Côte d’Ivoire, et plus particulièrement contre Dramane Ouattara !

Le Franc CFA (qui n’est pas une monnaie, au sens strict du terme, mais plutôt un bien de la France, institué par des accords obscurantistes en 1945, sous la houlette de De Gaulle, en prenant exemple sur le modèle appliqué à la France pendant l’occupation nazie de ce pays) tue l’économie de nos pays, et favorise le pillage des ressources des pays africains vassalisés. Des contraintes ubuesques sont imposées aux pays africains utilisant cette « monnaie ».

De ce fait, aucune décision de développement des pays africains ne peut être validée sans l’accord des administrateurs français qui siègent au conseil d’administration de la BCEAO et de la BCEAC. Ces français disposent d’un droit de veto pour bloquer toute initiative de développement. Ces dispositions insensées interdisent par exemple des échanges commerciaux directs entre l’Afrique centrale et l’Afrique de l’ouest. C’est ce qui explique la conversion préalable du FCFA Afrique du centre en Euro pour toute utilisation en Afrique de l’ouest, et vice-versa.

Évidemment, ces conversions rapportent des milliards à la France, mais plombent le développement de nos pays. Tout le monde sait qu’aux centaines de tonnes d’or déposées par les pays africains (FCFA) à la Banque de France, font que la France est aujourd’hui l’un des pays disposant de réserves d’or au monde, alors que la France n’a aucune mine d’or sur son territoire ! Naturellement, la France utilise cette manne pour son propre développement. En outre, il est de notoriété publique que les pays FCFA déposent chaque année des sommes faramineuses sur le fameux « compte d’opérations » au Trésor français.

La France prête alors l’argent des Africains aux pays africains (FCFA), avec des taux d’intérêt qui contribuent au développement économique des français, tandis que les vrais propriétaires de cet argent tirent le diable par la queue. Une autre conséquence de l’existence du FCFA, ce sont ces dispositions idiotes qui empêchent les banques de l’UEMOA et de la CEMAC d’accompagner le secteur privé africain. Le taux d’intérêt appliqué est carrément démentiel.

Dr. Samuel Dje BI

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *