Levée du mot d’ordre de grève du Synabef : les dessous du bras de fer au détriment des clients !

10 Juin 2024 | Justice

Le bureau exécutif du Syndicat National des Banques et Établissements Financiers du Mali (SYNABEF) a avait décidé de l’arrêt immédiat du travail dans toutes les banques, assurances, microfinances, commerces et entreprises pétrolières à compter du jeudi 6 juin, jusqu’à la libération de son secrétaire général, Hamadoun Bah.

Le secrétaire général du SYNABEF, Hamadoun Bah, par ailleurs secrétaire général adjoint de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), avait été placé sous mandat de dépôt, le mercredi 5 juin 2024, par le pôle économique et financier de Bamako, suite à la plainte d’un syndicaliste de la Banque Malienne de Développement (BDM), Papa Sadio Traoré. Tout serait parti du renouvellement des instances syndicales de la BDM où le secrétaire général Hamadoun Bah est accusé vouloir imposer son choix à la tête de l’exécutif. C’est ainsi qu’une plainte pour faux et usage de faux a été déposée contre lui au pôle économique et financier de Bamako par Papa Sadio Traoré du comité syndical de la BDM.

Selon un syndicaliste affilié au SYNABEF joint par téléphone, la plainte aurait pu être traitée dans n’importe quelle autre juridiction sauf au pôle économique et financier car elle n’implique aucune incidence financière. En plus, elle aurait dû être examinée par la centrale syndicale mère à laquelle le SYNABEF est affilié pour une médiation, au lieu d’amener directement l’affaire devant le juge. Un autre point de désaccord dans la démarche juridique, selon notre interlocuteur, est le nomadisme syndical interdit par le pacte social signé en 2024 par le SYNABEF. En outre, il témoigne que Papa Sadio Traoré était sous sanction pour avoir refusé d’observer la récente grève avec le SYNABEF, ce qui ne lui permettait pas d’être éligible lors du renouvellement des instances du comité syndical de la BDM. Pire encore, en violation du pacte social, il a quitté l’UNTM pour la CSTM, alors que le syndicat de la BDM est membre du SYNABEF affilié à l’UNTM, nous rapporte notre interlocuteur dont nous taisons le nom.

Sur le plan juridique, Maître Cheick Oumar Konaré lève toutes les équivoques sur la légalité de la saisie du pôle économique et financier par le plaignant. Dès lors que la plainte porte sur des accusations de faux et usage de faux, le pôle économique et financier est compétent pour être saisi du dossier. Selon Me Konaré, le pôle économique et financier ne s’occupe pas seulement des questions économiques, son champ d’intervention va au-delà de l’aspect économique.

Ce qui n’est pas légal, c’est le fait de déclencher une grève avec effet immédiat sans préavis. C’est anticonstitutionnel et ne relève d’aucun cadre juridique légal. C’est un abus de pouvoir de la part du SYNABEF qui pénalise les clients ayant besoin de faire des opérations, a-t-il conclu Me Konaré.

Affilié à l’UNTM, le SYNABEF a maintenu la pression contre la justice pour obtenir la libération de leur secrétaire général. Le Procureur Général du pôle économique financier près Le Tribunal de Grande Instance de la commune III du District de Bamako a signé la mise en liberté du secrétaire général du Synabef, Hamadou Bah. Cette situation ne pouvait perdurer au risque d’aggraver le climat social déjà tendu par les fréquents délestages, rendant les ressources énergétiques et financières encore plus difficiles d’accès. Si cette grève des établissements financiers continuait, il faudrait plus que des mots pour convaincre les Maliens de ne pas descendre dans la rue, comme cela est actuellement sur les lèvres de certains citoyens mécontents des autorités de la transition pour des raisons souvent personnelles ou dictées par des agendas extérieurs.

A l’annonce de la libération de son secrétaire général, le bureau exécutif a ordonné la reprise du travail instantanément par son personnel pour soulager les clients qui avaient déjà commencé à s’interroger sur la suite de cette affaire. 

Djawuro TIENOU

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

Dramane Diarra ancien procureur

Dramane Diarra ancien procureur

J'ai déposé mon recours pour excès de pouvoir le jeudi 16 novembre 2023 contre les décisions du "Conseil de discipline" du Conseil Supérieur de la Magistrature. (Reçu ci-dessous). Une refondation profonde s'impose à la justice malienne. Cette transformation...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *