PAREM 2021-2023 : 40 professionnels des médias outillés à la gestion des fake news  

13 Mai 2023 | Société

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui aux Réformes et aux Élections au Mali (PAREM) 2021-2023, le PNUD, la MINUSMA et ONU Femmes organisent en partenariat avec la Maison de la Presse, un atelier de formations regroupant les professionnels des médias à l’hôtel Kempesky du 12 au 13 mai 2023. La cérémonie de lancement des travaux était présidée par le secrétaire général du ministre de la communication, de l’économie numérique et de la modernisation de l’administration.

Sous le parrainage du ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, porte-parole du gouvernement,cette formation avec les professionnels des médias sur la gestion des rumeurs, les fake news. Le journalisme sensible au conflit et au genre en période électorale au Mali figure parmi les activités majeures du projet d’appui à la prévention de la violence électorale et la promotion de la gouvernance, financé par le Fonds de consolidation de la paix (PBF) des Nations Unies et intégré au Projet conjoint d’Appui aux Réformes et aux Élections mis en œuvre par le PNUD, ONU-Femmes et la MINUSMA. Ils sont 40 professionnels des médias sociaux et en ligne, journaux, radios nationales, et radios communautaires à renforcer leurs capacités professionnelles de l’information afin prévenir les risques de conflits et de violences par l’instrumentalisation des médias à travers la sensibilisation au journalisme sensible au conflit et au genre et la mise en place d’un groupe clé de vérification systématique des affirmations de responsables politiques ou des éléments du débat public en période électorale au Mali.

« Phénomènes des temps modernes, la problématique de la gestion des rumeurs, des fakes news et le journalisme sensible au conflit et au genre en période électorale constitue aujourd’hui un véritable casse-tête, et une préoccupation de premier ordre pour tous les gestionnaires publics en général et plus particulièrement pour les responsables des médias publics et privé. Cette situation s’amplifie malheureusement pendant les périodes des échéances électorales dans le but de déstabiliser un adversaire politique avec ses conséquences corollaires de créer non seulement la confusion mais aussi et surtout de désorienter le choix des électeurs », a-t-il tenu à rappeler le secrétaire général du ministre de la communication.

A en croire le secrétaire général du ministre, pour lutter contre ce phénomène tous les gouvernements essayent d’adapter leur législation ou d’entreprendre des initiatives afin de minimiser les conséquences liées à la propagation des fakes news et des rumeurs. C’est justement dans cette optique que le cadre Stratégique de la Refondation de l’Etat de la Transition a prévu dans le plan d’actions prioritaires du Gouvernement de Transition (2022-2024) à travers l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC), la conception d’un logiciel de gestion et de filtrage des fakes news. Actuellement, la phase concessionnelle du logiciel est achevée, il reste à le rendre opérationnel avec l’implication des différentes parties prenantes afin non seulement d’assurer le suivi des fakes news pour identifier les auteurs et les cibles c’est les secteurs touchés mais aussi infine judiciariser la situation et enfin corriger les dysfonctionnements éventuels.

Djawuro TIENOU

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *