Présidence de la FEMAFOOT : Une plainte pour faux et usage de Faux contre la Femafoot et d’usurpation contre Aliou Mohamed Diarra au Tribunal de la commune IV introduite par le Camp Salaha

8 Août 2023 | Culture et cinéma

Suite à la décision N° 23-2023 de la Commission d’Appel des Élections de la FEMAFOOT invalidant la candidature de Salaha Baby, son équipe de campagne a tenu une conférence de presse le dimanche 6 août 2023, à son quartier général à la maison du cinquantenaire sis ACI 2000. Présidée par M. Abba Mahamane Dorinthie le Camp Baby a pris en témoin l’opinion publique nationale et internationale de la volonté manifeste du Camp Bavieux en complicité avec la commission d’appel à l’élection de la Femafoot et en violation des textes. La Commission d’Appel des Élections de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT) a rendu le 4 août 2023 une décision à la suite d’un appel déposé par M. Mamoutou Touré, dit Bavieux, candidat à la présidence de la FEMAFOOT, contre la validité de la candidature de M. Salaha Baby par la Commission Électorale de Première Instance. Le Camp Salaha a ainsi promis de porter plainte pour faux et usage de Faux contre la Femafoot et d’usurpation contre Aliou Mohamed Diarra au Tribunal de la commune IV, ce lundi matin.  

L’affaire en question a été portée devant la Commission d’Appel des Élections de la FEMAFOOT par M. Mamoutou Touré suite à la validation de la candidature de M. Salaha Baby par la Commission Électorale de Première Instance. La principale allégation de M. Touré est que M. Baby a obtenu un double parrainage pour sa candidature, ce qui constituerait une violation des règles électorales. Selon les documents présentés, M. Aliou Mohamed Diarra, président actif du Club AS Alençon de Koutiala, a parrainé la candidature de M. Touré le 19 juillet 2023. Cependant, six jours plus tard, M. Issa Coulibaly, secrétaire général du même club, a également prétendu avoir parrainé la candidature de M. Salaha Baby. Cette situation a conduit M. Diarra à contester le parrainage de M. Coulibaly, arguant qu’il n’avait pas l’autorité nécessaire pour agir en tant que président.

Selon le principal conférencier du camp de Baby, le sieur Issa Coulibaly, promoteur et président du Club AS Alençon de Koutiala, dont le parrainage a été contesté par M. Aliou Mohamed Diarra qui prétend être le président du club Alençon de Koutiala, les mots lui manquent pour décrire l’usurpation de statut faite par M. Diarra. Selon Mahamadou Mallé, vice-président du club AS Alençon et chef de la délégation venue de Koutiala pour la conférence de presse, le sieur Aliou Mohamed Diarra ne fait pas partie du bureau exécutif du club, même s’il avait manifesté son désir d’intégrer le bureau en janvier 2022. « Les discussions et les démarches visant à permettre à M. Diarra d’intégrer le bureau n’ont pas abouti car il a disparu en février avant la mise en place du nouveau bureau. Il n’est même pas officiellement membre du club AS Alençon, encore moins membre du bureau exécutif pour prétendre à la présidence du club. Nous n’irons pas par quatre chemins, nous porterons plainte contre M. Aliou Mohamed Diarra devant la juridiction compétente », a martelé le vice-président du club AS Alençon de Koutiala, Mahamadou Mallé.

Sur le plan juridique, « la décision de la Commission d’Appel des Élections de la FEMAFOOT repose sur l’interprétation des règles électorales énoncées à l’article 41.3 du règlement de la fédération. Cet article stipule que chaque liste de candidature doit être soutenue par au moins sept membres de la FEMAFOOT, dont deux ligues régionales et cinq clubs professionnels. De plus, au moins deux candidatures féminines sont requises, sous peine d’invalidation. L’élément clé de la décision repose sur la question de la légitimité de M. Coulibaly en tant que secrétaire général du club. La Commission a conclu que M. Diarra était le président actif du Club AS Alençon de Koutiala et qu’il avait parrainé la candidature de M. Touré conformément aux statuts de la FEMAFOOT. La Commission a jugé que la double prétention à la présidence du club par M. Coulibaly constituait une usurpation de titre, rendant ainsi le parrainage de M. Baby invalide ».

Cependant, le camp de Salaha Baby, par Abba Mahamane Dorinthie estime qu’au-delà du prétexte fallacieux du défaut de parrainage, décèle des violations de la confidentialité des parrainages et le temps imparti pour les recours en cas de contestation. Pour Abba Mahamane Dorinthie, la commission d’appel de l’élection de la FEMAFOOT n’a pas respecté le droit de deux jours pour le recours en cas de protestation après la lettre de notification de l’invalidité de la candidature de la liste de M. Salaha Baby. Car la notification a été faite le 2 août à Salaha et le 4 août déjà, la commission a tiré une conclusion en invalidant la candidature de la liste de Salaha Baby, seul challenger du président sortant Mamoutou Touré dit Bavieux.

Si les autorités de la transition ne s’impliquent pas dans le processus électoral de la FEMAFOOT, les choses risquent de prendre une tournure peu sympathique et sportive, laissant place à une crise sans précédent. Chose qui n’arrangerait pas la crise au sein du football malien, dont les résultats des équipes nationales de football ne sont pas à la hauteur des attentes.

Tyfa Sissoko

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *