TOLÉRANCE, HOSPITALITE ET BIENVEILLANCE SÉCULAIRE DE LA TRADITION AFRICAINE

10 Mai 2023 | Histoire

Dans la tradition africaine, nous sommes confrontés à un défi permanent, étant pestiférés, vilipendés et dénigrés tout au long de la journée. Nous sommes sous pression. Cafres ! C’est ainsi que nous sommes désignés…

Ces injures constantes ne peuvent pas être sans conséquences. Si nous n’y prenons garde, nous risquons de changer fondamentalement et devenir violents nous-mêmes en réaction à ces agressions verbales incessantes. C’est la loi normale de l’épigénétique. Il ne faut pas sous-estimer ce phénomène. Croire que nous avons une carapace épaisse et blindée contre tout est une erreur ; le mal est pernicieux et invisible. Il faut en prendre conscience et en tenir compte. Comme le racisme, ce dénigrement est riche et diversifié. Il dépend de l’agresseur. Chacun y va de son obédience.

Pour ce qui est du racisme qui nous concerne tous, voici ce que l’on peut entendre : C’est bien connu, les Noirs sont naïfs ! C’est l’opinion des peuples barbares Yamnayas à notre égard ! Ils disent que nous sommes de grands enfants… parce que nous ne sommes pas barbares comme eux. Notre humanisme débordant leur paraît enfantin. Notre culture et nos cultes ne sont pas épargnés ; les chrétiens et les musulmans nous considèrent comme des polythéistes flirtant volontiers avec la sorcellerie. Sans parler des pressions sociales, le « qu’en dira-t-on ? », qui culpabilisent les plus courageux. On nous accuse également de légèreté et de pratique dénuée de référence spirituelle, car nous n’avons pas de livre équivalent à la Torah, la Bible et le Coran. On estime que nous ne méritons pas d’être considérés comme une religion à part entière, reconnue par l’État et ayant pignon sur rue. Pourtant, nous avons un livre sacré de référence dans lequel nous puisons la volonté de DIEU.

Notre livre saint c’est la NATURE.

Le bois sacré est un grand livre accessible à tous et qui contient tout. On peut le lire dans toutes les langues, car il est écrit dans une écriture universelle. Ce livre qu’est la nature est notre source d’inspiration et notre référence lorsque nous cherchons des réponses. Un livre exhaustif en tous points et dont nous avons la certitude qu’il provient non seulement de Dieu, mais représente également sa volonté. Notre livre sacré qu’est la nature englobe le monde visible et invisible, l’eau, l’air et la terre… Le macro, le micro et le nano… La physique ordinaire et la physique quantique… Le biomimétisme en est une illustration parfaite.

Notre livre sacré répond même à des questions éthiques et morales. Par exemple, pour prendre position sur des sujets tels que l’homosexualité, il suffit d’observer si ce phénomène est courant dans la nature. Chaque vie, végétale ou animale, dans la nature est un chapitre entier couvrant toute notre palette de connaissances et plus encore. Non seulement nous avons un livre sacré de référence, mais nous sommes sûrs que c’est le meilleur ! Et pourtant… C’est dans ce contexte délétère et peu flatteur que nous évoluons, nous retrouvant ainsi constamment en position de défense de nos idées et de nos croyances. Heureusement, cela n’entame pas l’enthousiasme de tout le monde. Les plus courageux n’hésitent pas à faire leur coming-out et à revendiquer la tradition africaine en public, qu’ils soient bénis !  Bénis parce qu’ils montrent l’exemple à suivre. Bénis parce qu’ils ne se laissent pas décourager par le dénigrement. Bénis parce qu’ils sont passés à un autre niveau. Bénis parce qu’ils le méritent. 

Ne laissons pas le dénigrement entamer notre enthousiasme. Ne le laissons pas changer notre nature profonde qui est celle de la bonté, la tolérance et le vivre ensemble. Ce trésor que nous avons en nous est à préserver à tout prix. L’adversité et l’intolérance n’y viendront pas à bout, si l’on est vigilants. En étant constamment sur la défensive, si l’on n’y prend garde, les méchants réussiront à faire de nous des méchants comme eux. Ne leur accordons pas ce plaisir. Regardons la moitié du verre plein et non la moitié vide. Tous les chrétiens ne pensent pas que nous sommes des sorciers. Tous les musulmans ne pensent pas que nous sommes des polythéistes. Tous les Occidentaux ne pensent pas que nous sommes des sous-hommes.

Loin s’en faut ! Une grande majorité de ces communautés n’ont aucun problème avec nous. Hélas, un seul âne a mangé la farine et la bouche de tous les ânes est devenue blanche. C’est le piège qu’il faut éviter. Si l’on n’y prend garde, on sera tous taxés de suprématie noire, souffrant du même mal qui mine les minorités extrémistes qui nous agressent quotidiennement. Ne tombons pas dans le piège de la suffisance comme eux. Ne faisons pas ce que l’on leur reproche. On peut très bien vivre avec les chrétiens, les musulmans et les Occidentaux sans problème, chacun dans ses croyances et ses convictions sans anicroche. Cette tolérance légendaire est notre signature. Nous vivons à l’aise avec nos conjoints qui ont des fétiches différents du nôtre et cela n’a jamais posé de problème. A partir du moment où chacun s’en remet à ses ancêtres, il n’y a pas de raison qu’il y ait de problème à ce niveau. Même mariés, chacun a sa famille et ses ancêtres propres à lui. Ne laissons donc pas ces minorités provocatrices déteindre sur nous et nous mettre sur le chemin de l’intolérance. C’est une seule graine d’arachide pourrie qui gâche le goût de plusieurs autres dans la bouche.

Dans nos grandes familles, il y a un peu de tout et l’on devrait pouvoir vivre ensemble en toute intelligence sans problème. C’est le moment de saluer Haidara, le président du Haut Conseil Islamique du Mali, qui ne ménage aucun effort dans ses prêches pour promouvoir la tolérance, le vivre ensemble et le respect mutuel. Un grand homme ! Qu’il en soit remercié ! Il est temps pour les grandes majorités tolérantes de s’imposer face aux minorités intolérantes belliqueuses qui monopolisent la parole publique et nous font vivre dans le stress au quotidien.

Nous n’avons pas d’équivalent du jihad ni de l’inquisition. Nous ne connaissons pas l’institutionnalisation violente du prosélytisme. Nous sommes la tolérance elle-même, depuis le début de l’humanité. Nous représentons l’humanisme et l’homme civilisé depuis toujours. Qui veut tuer son chien l’accuse de rage, c’est pour cela, aujourd’hui nous sommes traités de sorciers polythéistes mécréants cafres impies et autres… Ne cédons pas à la tentation de perdre ce qu’on a de plus noble : Notre humanisme. Ne tombons pas dans le piège des minorités provocatrices, ne généralisons pas les agressions et sachons trier l’ivraie du bon grain, tous les musulmans ne sont pas jihadistes. Les jihadistes représentent une minorité que seule la majorité tolérante des musulmans peut empêcher de croître.

C’est pour cela qu’il faut s’entendre avec la majorité tolérante. Il faut mettre de l’eau dans leur moulin. C’est le fer qui coupe le fer. Un Haidara a une voix audible dans la communauté musulmane. Il a l’autorité, la légitimité et le pouvoir d’empêcher les jihadistes de continuer à recruter de nouveaux adeptes. C’est notre allié. Combattre les jihadistes, c’est bien, c’est ce que l’armée fait tous les jours pour nous protéger, qu’ils en soient remerciés ! C’est un objectif urgent ! Pour les résultats à long terme, sachant que les deux objectifs sont complémentaires, il faut envisager d’empêcher les jihadistes de recruter de nouveaux membres, c’est s’assurer de la fin du terrorisme un jour, et le retour de la paix dans nos contrées. Ce que nous cherchons, c’est la paix, le vivre ensemble et la sécurité. Tout ce qui concorde à cela est à encourager. Dans la tradition africaine, nous n’avons jamais fait de prosélytisme et ce n’est pas maintenant que nous allons commencer. Celui qui veut être chrétien, qu’il soit chrétien, celui qui veut être musulman, qu’il soit musulman.

Ce qui est sûr, nous croyons qu’un arbre se base et se développe à partir de ses propres racines. C’est pour cela que nous nous en remettons à nos ancêtres. Ceux qui pensent que nous avons raison et veulent faire comme nous, c’est tant mieux. Ceux qui veulent suivre d’autres chemins sont libres de le faire pour peu qu’ils ne nous obligent pas à les suivre. Dans la tradition africaine, la liberté de croyances est fondamentale, c’est pour cela que dans le couple chacun suit ses propres ancêtres et totem même si l’on est marié. Si l’on laisse la liberté de culte, de totem, … au conjoint, combien plus sommes-nous tolérants pour les autres qui ne sont pas aussi proches de nous ? Soyons fiers de notre héritage de tolérance et vivons en toute intelligence avec les majorités qui eux aussi nous tolèrent. Chacun ira dans son paradis pour ceux qui y croient ! Les chrétiens iront au paradis des chrétiens s’ils y ont droit. Les musulmans au paradis des musulmans, s’ils y ont droit. Quant à nous de la tradition africaine, nous rejoindrons nos ancêtres sans condition ni doute. La vie est un choix, et c’est le créateur qui l’a voulu ainsi ; chacun devrait pouvoir suivre ses convictions.

Pour notre part, notre DIEU est foncièrement LAÏC !

Et il a voulu le monde ainsi, la diversité est la richesse du monde qu’il a créé pour nous. Tout ce qui réduit cette richesse en un monde homozygote est source de pauvreté ! Cette vision unipolaire de consanguinité finira par avoir raison de la nature par appauvrissement de son patrimoine génétique. La diversité est une richesse. Vive la Laïcité ! Dans la tradition africaine, la diversité est divine, la liberté de conscience et la liberté de manifester ses croyances ou convictions dans les limites du respect de l’autre sont une volonté divine. C’est pour cela qu’il y a des blancs, des noirs, des asiatiques, … des milliards d’espèces végétales et animales… Notre DIEU est LAÏC et il nous le montre dans la nature, la volonté de DIEU est dans la nature. On ne peut pas être aimé de tous, on fait avec ceux qui ne nous agressent pas. Ne laissons pas la minorité des extrémistes nous imposer leur haine des autres. Sachons rester dignes, respectueux et tolérants, comme l’ont préconisé nos ancêtres. Pour notre dignité, Pour les générations futures !

Amen, Hotep, Amenhotep !

King BAZURU.

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

Ma vraie Histoire est là, ici au Manden. Pas ailleurs !

Ma vraie Histoire est là, ici au Manden. Pas ailleurs !

Dans chaque version de l'histoire, il y a celle racontée par le Chasseur et celle du Lion. Le Lion a décidé d'écrire sa propre histoire. Mes recherches sur 30000 ans d'histoire du Soudan occidental (Afrique de l'Ouest) avancent. La version mensongère du Chasseur est...

lire plus
Arnold ZONGO à propos de la Civilisation Kemite (Africaine)

Arnold ZONGO à propos de la Civilisation Kemite (Africaine)

On nous a enseigné au lycée le théorème de Pythagore. Aujourd'hui nous savons que Pythagore n'a jamais eu de théorème (voir papyrus de Moscow). Pareil pour Thalès et compagnies. On nous a également dit que Platon était un grand philosophe, alors que Platon lui même...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *