Jeux troubles de la France : les conseils de l’honorable Souleymane Dembélé aux présidents de l’AES

21 Juin 2024 | Politique

Depuis quelques semaines, une campagne de déstabilisation de l’Alliance des États du Sahel (AES) est en cours au Burkina Faso, orchestrée par des dissidents et autres apatrides hostiles à la révolution. L’honorable Souleymane Dembélé, fervent défenseur de l’AES, apporte son soutien aux efforts du président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, en assurant que ce dernier maintient fermement le contrôle des institutions, rassurant ainsi le peuple fier de l’AES et du Faso.

Les médias mainstream, outils de l’impérialisme, jouent un rôle central dans cette tentative de déstabilisation. Ces médias sont utilisés pour fomenter des incidents au sein des forces de défense et de sécurité, semant le doute dans l’esprit des populations. Cette stratégie, familière de par son usage pour ébranler les régimes de la sous-région cherchant à œuvrer différemment pour le bien de leur peuple, est de nouveau mise en œuvre.

La campagne actuelle de désinformation cible une mutinerie imaginaire, comme celle évoquée le dimanche 26 novembre lors de l’attaque du camp de Djibo. Les instigateurs espéraient voir ce camp tomber aux mains des ennemis, mais leur plan a échoué lorsque les combattants ont repoussé l’attaque, infligeant une défaite cuisante aux assaillants. Cette même détermination à contrecarrer les projets machiavéliques s’applique désormais à tout l’espace AES.

L’honorable Dembélé félicite également le général de Brigade Abdourahamane Tiani, Chef de l’État du Niger, pour la décision courageuse de retirer la licence d’exploitation de la mine d’uranium à la société française Orano. Il appelle à une vigilance accrue envers toutes les entreprises françaises opérant encore dans l’espace AES, au Niger, au Burkina-Faso et au Mali. Selon Dembélé, l’influence française ne se limite pas à sa présence militaire, mais s’étend également par le biais de ses entreprises, au service de l’autorité politique française, laquelle n’hésite pas à torpiller les projets de souveraineté de la région avec une vision politique prédatrice.

Il avertit les politiciens égarés et autres complices des impérialistes que toute tentative de déstabilisation des institutions sera traitée avec la même rigueur que celle réservée aux terroristes. Le temps de la grâce est révolu. Dembélé réaffirme le soutien indéfectible du peuple fier de l’AES aux autorités maliennes, nigériennes et burkinabè.

Pour terminer, l’honorable Dembélé appelle à l’unité et à la détermination : « Ensemble, nous sommes forts. Ensemble, nous vaincrons. Ensemble, nous ferons de l’AES l’eldorado du reste de l’Afrique et du monde entier ».

Djawuro Tiénou

Vous serez peut-être aussi intéressé par …

Relations Sénégal-Mali : Entre coopération et trahison

Relations Sénégal-Mali : Entre coopération et trahison

Depuis les indépendances, le Sénégal n’a cessé de trahir le Mali chaque fois que l’occasion s’est présentée. Ousmane Sonko, incarnant l’espoir du panafricanisme, disait au colonel Assimi Goïta de tenir son mal en patience car, une fois élu, il enverrait des soldats...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *